Dès la première acrobatie, lorsque la voltigeuse Audrey Joly a été projetée dans les airs, a fait deux culbutes et a plongé parfaitement dans l’eau, jusqu’à l’hybride final à la fin de la routine, les membres de l’équipe canadienne de natation artistique, qui en étaient toutes à leur première participation olympique en équipe, savaient qu’elles allaient réaliser une belle performance aux Jeux de Tokyo 2020.

Intégrant des mouvements de danse dans leur routine sur le thème du hip-hop et du rap, les Canadiennes ont obtenu un score de 91,4992, soit deux points de plus que leur meilleur score précédent aux Championnats du monde FINA 2019. Le Comité olympique russe est en tête de la compétition par équipe, suivi de la Chine, de l’Ukraine et du Japon.

La co-capitaine Andrée-Anne Côté, 23 ans, de St-Georges auQuébec, a décrit le sentiment de l’équipe : « Nous avons ce truc au sein de l’équipe qui s’appelle « Blue Fire (flamme bleue) » qui représente un feu qui est plein d’énergie, mais qui est calme en même temps. C’est ce que j’ai ressenti aujourd’hui pendant notre performance. Même pendant que nous nagions, je me suis surprise à quelques reprises à penser que j’étais aux Olympiques, mais j’étais capable de rester calme et j’avais ce sentiment que nous travaillions ensemble en tant qu’équipe. »

Joly, 23 ans, de St-Eustache, Québec, était nerveuse pour la première poussée acrobatique, qu’elle voulait par dessus tout réussir. « Mais lorsque nous avons entamer notre marche, j’ai aussi ressenti une partie de cette énergie de flamme bleue, et même si j’étais nerveuse, j’ai senti que nous marchions en équipe. Une fois rendues au point de départ, lorsque j’ai dit “let’s do it!”, j’ai vraiment senti que c’était un bon début à notre performance et tout s’est bien passé à partir de là. »

« Je pouvais sentir dès l’échauffement que tout le monde était vraiment prête à y aller », a déclaré Emily Armstrong, 20 ans, de Toronto, Ontario. « Nous avons eu un échauffement incroyable et je pense que tout le monde l’a ressenti en allant nager. Quand nous sommes entrés dans l’eau, on pouvait voir que toute l’équipe était prête à y aller. Et c’était incroyable de sentir que tout le travail acharné a porté ses fruits. »

Pour la plus jeune membre de l’équipe, Rosalie Boissonneault, 18 ans, de Drummondville, Québec, ce fût un moment spécial. Quand nous avons fait notre entrée et que j’ai vu les anneaux sur le pont, je n’ai pas pu m’empêcher de penser : « Wow, nous sommes vraiment ici! C’était une expérience incroyable ! »

Camille Fiola-Dion, 23 ans, Rimouski, Québec, était également nerveuse avant la performance « mais quand je suis arrivée sur la plateforme, je suis devenue calme et j’étais confiante que nous allions bien travailler ensemble et avoir une bonne performance avec un bon travail d’équipe et c’est ce que nous avons fait aujourd’hui! ».

Halle Pratt, 21 ans, de Calgary, Alberta, a décrit l’expérience qu’elle a vécue alors qu’elle se préparait à nager : « Dès que nous avons formé notre cercle dans la salle de préparation, on pouvait sentir que tout le monde avait de bonnes vibrations et de l’énergie. Ce n’est pas un parcours facile et je suis tellement fière de tout le monde et de ce que nous avons réussi à faire dans la piscine. C’est vraiment génial! »

Les deux membres de l’équipe qui ont ontenu la 5e place dans l’épreuve de duo plus tôt dans la semaine ont rendu hommage à l’équipe qui s’était entraînée sans elles pendant quelques jours. La co-capitaine Claudia Holzner, 27 ans a dit : « Jackie et moi avons été vraiment séparées de l’équipe ces derniers jours en raison de la compétition en duo. Elles ont fait le travail la semaine dernière pour s’assurer que tout était en ordre … et puis nous nous sommes insérées parfaitement dans les petits trous du patron. J’avais la chair de poule pendant la performance. C’était la meilleure performance que nous aurions pu espérer aux Jeux olympiques ! »

Jacqueline Simoneau, 24 ans, de Saint-Laurent, Québec, a résumé l’expérienc : « Je suis incroyablement fière de cette équipe. Juste avant de nager, j’ai vu le feu et l’excitation dans chacun de leurs yeux, ce qui m’a donné de l’énergie pour la performance. Les mots d’encouragement qui ont précédé nous ont soudés pendant toute la durée de la performance. Je ne pense pas que nous aurions pu demander mieux! »

La réserviste de l’équipe, Kenzie Priddell, 24 ans, de Regina, Saskatchewan, a encouragé l’équipe depuis les sièges de la piscine.

L’épreuve par équipe se termine le samedi 7 août avec la routine libre par équipe.  Les scores des deux segments seront additionnés pour déterminer le classement final. La compétition débute à 19h30 au Japon, soit 6h30 (heure de l’Est) et 3h30 (heure du Pacifique).