Avec le nouvel astronaute canadien, David Saint-Jacques, qui se trouve maintenant à bord de la Station spatiale internationale, une membre de la des communauté de natation artistique canadienne se prépare à son propre futur dans l’espace.

Ce n’est qu’en repensant à ses projets scolaires que Bethany Downer s’est rendu compte à quel point elle aimait l’espace lorsqu’elle était jeune, alors qu’elle grandissait à St. John’s, Terre-Neuve. “Ça n’a cliqué que quand j’ai vu que tous mes projets scientifiques avaient été réalisés sur des astéroïdes ou des comètes et que mes projets de “héros” concernaient toujours des femmes astronautes.”

Maintenant, en tant que première candidate scientifique et astronaute de Terre-Neuve récemment sélectionnée pour le projet PoSSUM (Polar Sub-orbital Science in the Upper Mesosphere) qui forme la prochaine génération de voyageurs de l’espace, cette jeune femme de 24 ans est également reconnaissante pour son expérience en natation artistique.

À la recherche d’un sport qui lui appartienne, une Béthany de 8 ans avait commencé à faire du plongeon. Elle se souvient, en se tenant debout sur la plate-forme de plongeon de 3 mètres, d’avoir vu un groupe de nageuses synchronisées faire des exercices sur le bord de la piscine. “J’ai immédiatement réalisé que j’étais du mauvais côté de la piscine, se souvient-elle. “Très rapidement, je suis passée du plongeon à la nage synchronisée, et je n’ai jamais regardé en arrière !”

Elle a commencé à nager de façon récréative et, en moins d’un an, elle est passée dans au niveau de la compétition avec les Sea Stars de St. John’s. En 8e année, elle nageait fréquemment avant l’école, tandis que ses parents la conduisaient tous les matins. Elle a intégré l’entraînement à son horaire scolaire quotidien, se rendant de nouveau aux pratiques de l’après-midi une fois l’école terminée.

“La nage synchronisée a juste attiré mon attention. C’était le sport le plus beau et le plus motivant qui combinait l’athlétisme et l’art”, explique-t-elle en expliquant pourquoi le sport l’avait captivée. “C’était tellement bien quand j’ai commencé. J’ai appris à coudre des paillettes sur des maillots de bain et à me maquiller aussi !”

Bethany a nagé en compétition tout au long de sa 12e année et lorsqu’elle a commencé sa carrière universitaire à l’Université Memorial de St. John’s, elle est passée de nageuse à entraîneure. Elle a découvert qu’elle aimait encore plus ce sport sur le bord de la piscine ! Elle est très excitée de voir une des athlètes avec qui elle a travaillé, Catherine Barrett, qui représente maintenant le Canada comme membre de l’équipe senior de Natation Artistique Canada.

Après avoir terminé son baccalauréat en géographie à l’Université Memorial, Bethany a été l’une des 40 étudiantes acceptées au programme de maîtrise de la prestigieuse International Space University à Strasbourg, en France. Elle s’est ensuite installée aux Pays-Bas et a créé sa propre entreprise, qui se consacre à la conversion du jargon technique spatial en un simple anglais, et à la présentation en public auprès des enfants et des adultes pour les enthousiasmer à propos de l’espace.

Maintenant, elle vient de débuter son aventure avec PoSSUM à Daytona Beach, en Floride, où elle a suivi une formation initiale d’astronaute-scientifique et des cours. C’est un pas de plus vers son objectif de devenir astronaute-scientifique. Il n’y avait que 12 personnes dans le programme intensif enseigné par d’anciens instructeurs astronautes de la NASA et des scientifiques de l’équipe PoSSUM. Certains aspects du programme comprennent l’entraînement au vol acrobatique de voltige à haute altitude (pour faire l’expérience de forces gravitationnelles plus élevées comme celles qu’on subit au décollage et à la rentrée sur Terre), l’entraînement à la gestion des ressources de l’équipage, l’entraînement en combinaison spatiale, l’entraînement en altitude, l’analyse biométrique et le fonctionnement des caméras. Bethany retournera aux États-Unis en 2019 pour poursuivre d’autres recherches avec PoSSUM, notamment la géologie martienne et lunaire, la physiologie des vols spatiaux et les systèmes d’assistance à la vie.

Et oui, elle devait être équipée d’une combinaison spatiale pour le cours, ce qui est légèrement différent du type de combinaisons qu’elle portait à l’époque de la natation artistique. Mais elle est reconnaissante de l’expérience acquise dans la piscine, qui a été un élément important dans la demande d’admission à titre d’astronaute.  “Même les sorties dans l’espace sont pratiquées sous l’eau avant d’aller dans l’espace, de sorte que les applications du programme mettent l’accent sur un niveau de confort élevé avec l’eau. J’ai pu mettre l’accent sur mes nombreuses années de nage synchronisée dans mes applications.”

Elle a souligné la forte corrélation entre la nage synchronisée et la préparation spatiale. “Les astronautes des agences gouvernementales sont habituellement entraînés dans le grandes piscines, comme au Neutral Buoyancy Laboratory du Johnson Space Center de la NASA, qui est une installation d’entraînement sous-marine géante encore plus grande qu’une piscine olympique. La piscine abrite plusieurs éléments de la Station spatiale internationale au fond de l’eau pour l’entraînement détaillé et la pratique des manœuvres. Ces conditions sous-marines permettent aux stagiaires d’expérimenter différents environnements gravitationnels. Dans l’espace, les astronautes flotteront en l’absence de gravité, donc s’entraîner sous l’eau est la meilleure chose à faire.”

Il existe même une technique spéciale utilisée pour simuler l’apesanteur. “Les astronautes au fond de l’océan ou de la piscine sont placés dans un état d’équilibre dans lequel ils ne coulent ni ne flottent. Pour ce faire, le poids parfait est ajouté à leur combinaison spatiale sous-marine. Les astronautes sont donc entraînés à bien connaître l’environnement sous-marin.”

D’autres aspects de ses années de formation l’ont également aidée dans ses études, sa carrière et ses relations sociales.

  • Gestion du temps. « Je n’en comprenais pas l’importance jusqu’à ce que j’entre à la maîtrise et au premier cycle. Planifier l’avenir maintenant, savoir quand j’ai dû étudier pour m’adapter à l’horaire de la nage synchronisée, m’a aidé à apprendre à organiser et à prioriser toutes mes activités. C’était très utile.»
  • «L’activité physique était très importante quand j’ai grandi, pour ma santé physique et mentale. C’est une excellente façon de se vider l’esprit si vous passez une mauvaise journée.»
  • Amitiés. «J’ai récemment rencontré ma partenaire de duo, Katherine McKenney, à Amsterdam et elle est toujours une amie proche – même si nous vivons dans des pays différents.»

Bien que lorsqu’elle a vu une navette spatiale décoller en 2007 alors qu’elle voyageait en Floride avec sa famille, Bethany ne connaissait pas le chemin exact que sa vie allait prendre. Mais depuis lors, elle s’est engagée dans sa mission personnelle : inspirer tout le monde de tous les horizons à s’engager dans l’espace. Elle a récemment eu l’occasion de rencontrer Son Excellence la très honorable Julie Payette, Gouverneure générale du Canada et ancienne astronaute canadienne, et de discuter de sa passion lors d’un diner. Selon Bethany, ” c’était merveilleux de discuter avec elle de la nouvelle orientation de l’industrie et de mes ambitions de rapprocher les intérêts et les carrières dans le domaine spatial de ceux de Terre-Neuve “.

Elle cite fréquemment l’expression “science des fusées” comme dissuasif à poursuivre des intérêts spatiaux parce qu’elle est perçue comme complexe et inatteignable. Les discussions et le travail de sensibilisation de Bethany sont largement axés sur la modification de cette perception pour aider à souligner que toutes les disciplines et tous les milieux sont nécessaires pour la prochaine ère de l’exploration spatiale. Alors que la recherche en astronomie répond à certaines des plus grandes questions de l’humanité, le tourisme spatial et les humains sur Mars sont des événements qui n’auront lieu que dans quelques années.

Malgré un horaire chargé, elle reste en contact avec sa communauté de natation artistique et suit Natation Artistique Canada sur les médias sociaux autant qu’elle le peut. Elle assiste à un spectacle de natation aquatique ou à une compétition chaque fois qu’elle rentre à St. John’s.

Lorsqu’on lui a demandé ce qu’elle aurait aimé connaître comme jeune nageuse artistique ayant grandi à Terre-Neuve, elle a répondu : ” J’aurais aimé que quelqu’un me dise que peu importe à quel niveau je nageais, que ce soit à l’échelle provinciale, atlantique, de l’Est du Canada ou nationale, je développais encore des habiletés qui seraient importantes pour toute une vie. Je n’étais pas la meilleure nageuse nationale, loin de là. Mais je suis très fière de ce qui en est sorti.”

Elle veut aussi que tous ceux qui s’adonnent à un sport ou à une poursuite sachent qu’ « il est important de se concentrer sur la façon dont je peux m’améliorer. Non seulement grâce à la nage synchronisée, mais comment pourrais-je mieux me discipliner. Pourrais-je mieux me présenter à l’entraînement ? Est-ce que je peux me pousser un peu plus ? Toutes ces compétences personnelles que vous pouvez développer grâce à la nage synchronisée peuvent avoir un effet énorme sur votre personnalité. Et je pense que cela peut se traduire par d’autres choses qui vous accompagneront plus tard dans votre vie. Il est important de se concentrer même sur les petites choses. Pendant que je suis assise en grand écart, peut-être que je le tiendrai 10 secondes de plus. Pendant que je fais un workout de natation, j’ajouterai peut-être 100 mètres de plus. Je viendrai peut-être 10 minutes plus tôt demain matin. Ces petites choses peuvent contribuer à votre sens de la discipline à la longue. »

La discipline inculquée par son implication dans la natation artistique a emmené Bethany dans un voyage incroyable jusqu’à présent, et elle espère qu’il l’emmènera dans l’espace et peut-être au-delà. En octobre 2018, Bethany a été honorée par l’Université Memorial, recevant le prix Horizon 2018, pour les réalisations exceptionnelles d’une diplômée de l’Université Memorial âgée de 35 ans et moins.

Suivez Bethany dans son voyage:

@bethanyastro sur Twitter
bethanydowner sur Instagram
www.reachingspacescience.com